Rat de bibliothèque·Romans historiques

Les piliers de la Terre/ Un monde sans fin de Ken Follett: 2 pavés dans la mare des romans historiques…

Deux pavés ce n’est pas une métaphore car il s’agit de deux poids lourds incontournables pour toute personne férue de romans historiques. Avec ses 2387 pages (quand même!), cette saga est reconnue comme l’œuvre majeure de Ken Follett…

Quelques mots sur l’auteur:

Ken Follett est né à Cardiff, au Pays de Galles, en 1949. Il démarre sa carrière professionnelle comme reporter. Il quitte définitivement le journalisme en 1974 pour rejoindre un petit éditeur à Londres. Ses premiers succès sont des romans d’espionnage. En 1989, il change radicalement de genre avec son roman historique Les piliers de la Terre qui s’est vendu jusqu’à maintenant à 23 millions d’exemplaires. Il écrira la suite Un Monde sans fin en 2007. La dernière saga historique de l’auteur est la Trilogie du siècle: les 3 romans se déroulent sur 5 générations de la Première guerre mondiale à la chute du mur de Berlin.

ken_follett_article

N’affectionnant pas particulièrement les romans d’espionnage, pour moi, Ken Follett reste avant tout l’auteur de grandes fresques historiques. J’ai dévoré les 3 tomes de la Trilogie du siècle et on reviendra dessus une autre fois. Aujourd’hui, on part au Moyen-âge…

J’ai choisi de présenter dans cet article les 2 romans ensembles car ils sont présentés et imaginés comme une suite… Je vous avoue que je ne suis pas complètement d’accord. On retrouve bien sûr dans Un Monde sans fin les descendants des personnages principaux du roman Les piliers de la Terre mais 2 siècles plus tard! Finalement, même si l’on retrouve quelques évocations des personnages du premier roman dans le suivant en tant qu’ancêtres, lire les deux romans comme des livres indépendants ne gêne pas la compréhension des intrigues. En fait le seul « personnage » dont on suit vraiment l’évolution dans les deux romans est la cathédrale de Kingsbridge. Je considère que le monument peut vraiment se voir comme un personnage car il est le point d’ancrage autour duquel tournent les intrigues des deux romans…

Résumé

Comment résumer plus de 2000 pages sans en dire trop ou pas assez, l’exercice est difficile! Je tente…

ken_follett_10cm
10 cm de mots à dévorer…

Les Piliers de la Terre: l’action tourne autour de la construction d’une cathédrale initiée à la demande du prieur de Kingsbridge. On suit les péripéties de familles issues de classes sociales très différentes: une famille de bâtisseurs (Tom, son fils ainé Alfred et surtout son fils adoptif Jack), les membres de la famille Hamleigh, propriétaires terriens, qui appartiennent à la petite seigneurie ( William Hamleigh), la famille du comte de Shiring (Aliéna, Richard) et plusieurs personnages appartenant à la communauté religieuse (Prieur Philip, Waleran Bigod,…). Comme dans tous les romans des Ken Follett, les rivalités familiales et amoureuses entre les personnages viennent se mêler à des intrigues plus importantes: complots et tensions entre le pouvoir monarchique et l’Église.

Un monde sans fin: deux siècles plus tard, on suit cette fois les aventures de 4 personnages: Gwenda, Caris et deux frères Merthin et Ralph. Au début du roman les 4 enfants assistent à un combat entre un chevalier et 2 soldats de la reine. Le chevalier va alors enterrer un parchemin et faire promettre aux 4 enfants de ne jamais rien divulguer sur cet épisode. On suivra la vie de ces 4 personnages d’abord enfants, puis adultes: Gwenda, la voleuse, Caris, l’obstinée qui défiera l’Église, Merthin, l’architecte de génie et Ralph, dévoré par l’ambition qui deviendra un noble corrompu…

Mon avis

Bien sûr j’adore ces deux romans donc mon avis est évidemment subjectif! Malgré la taille imposante je n’ai pas mis longtemps à les finir! J’avais lu plusieurs critiques sur Un monde sans fin de personnes qui étaient déçues de cette suite, jugée pas à la hauteur du premier roman. Comme je l’ai dit, j’ai lu ces deux romans indépendamment l’un de l’autre donc je n’ai pas ressenti de « baisse de niveau ». Les intrigues sont bien présentes: au niveau de la vie des personnages principaux et à un niveau supérieur, celui du pouvoir monarchique et de l’Église. Ken Follett réussit à faire s’entrecroiser toutes les intrigues et à former une histoire cohérente dont on arrive facilement à suivre le cours sans se perdre.

On ressent le côté journaliste de l’auteur dans l’exactitude des détails historiques sur la période du Moyen-âge, terrain pourtant propice aux anachronismes.

Le style d’écriture est un style classique dans la tradition du 19ème siècle (Ken Follett le revendique lui-même) mais classique ne veut pas dire ennuyeux… S’il y a bien quelque chose qu’on ne peut reprocher aux romans de Ken Follett c’est de s’ennuyer! L’auteur fait vivre d’innombrables épreuves à ses personnages principaux. Concrètement, pendant 90% du livre les personnages morflent vont de malheurs en malheurs (famines, guerres, viols,…). Si les choses semblent s’arranger à certains moments c’est pour mieux retomber juste après… Heureusement que les derniers 10% du livre constituent « l’happy-end » tant attendu sinon le lecteur tomberait en dépression^^…

Il y a évidemment beaucoup de personnages mais Ken Follett les décrit très précisément et il y a tellement d’interactions entre tous ces personnages que le lecteur arrive facilement à se souvenir de tout le monde. La seule chose que l’on pourrait peut être lui reprocher c’est le manichéisme des personnages: d’un côté les méchants (très méchants) et de l’autre côté les gentils. Il n’y a pas vraiment d’ambiguïté possible :on aime un personnage ou on le déteste! D’ailleurs moi je détestais tellement les méchants de l’histoire que j’avais hâte de les voir souffrir à la fin du livre^^… Il y a effectivement des scènes violentes (viols, tortures, meurtres,…) dans les deux romans mais le Moyen-âge n’était pas spécialement une période tendre en ce qui concerne les châtiments et les exécutions (dans Un Monde sans fin la scène de l’exécution du voleur ayant tenté de dérober le trésor de la cathédrale a presque réussi à me faire tourner de l’œil…).

Pour conclure, si vous n’avez pas peur des romans volumineux et que vous aimez le genre historique, vous pouvez foncer tête baissée sur ces deux ouvrages incontournables. On se laisse facilement transporter dans l’univers des personnages et on devient impatient de connaitre le destin des personnages ainsi que le dénouement des intrigues…

3 réflexions au sujet de « Les piliers de la Terre/ Un monde sans fin de Ken Follett: 2 pavés dans la mare des romans historiques… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s