Classique·Club de lecture MS·Polars·Rat de bibliothèque

Un peu de littérature anglaise du 19ème siècle…

 

Pour le mois de septembre, le club de lecture met  à l’honneur la littérature anglaise du 19ème siècle. Parmi les titres de la sélection, le choix du vote s’est porté sur Thomas Hardy. N’étant pas mon premier choix (je n’ai décidément jamais les mêmes gouts que les autres^^) j’ai aussi voulu absolument découvrir l’ouvrage de Wilkie ollins dont le résumé m’avait mis l’eau à la bouche. Aujourd »hui un article pour présenter ces deux ouvrages:


Loin de la foule déchainée de Thomas Hardy

loindelafouledechainee

Résumé

Ayant perdu toutes ses bêtes par la faute d’un chien mal dressé, le jeune berger Gabriel Oak se trouve ruiné. Le voilà réduit à trouver du travail dans une ferme qu’il vient de sauver d’un incendie. Il ignore qu’elle appartient à Bathsheba Everdene, une jeune femme venue s’installer au pays avec sa tante… et qui a repoussé ses avances avec hauteur…

Sans un regard pour Gabriel, la belle héritière est convoitée par un exploitant, William Boldwood, mais aussi par son rival, le fringuant sergent Troy – sans savoir qu’une domestique est enceinte de ses œuvres. Quel espoir l’honnête Gabrielpourrait-il encore nourrir? A peine s’il compte sur la folie des hommes pour lui ouvrir le coeur de Bathsheba… Finira-t-elle par reconnaitre que le plus digne d’elle n’est pas de sa condition?

Mon avis

Déjà, pourquoi quand un livre est adapté à l’écran, les éditeurs s’empressent de mettre une image du film en couverture…! Je peux comprendre que cela doit être plus vendeur pour un certain public mais moi je trouve cela juste beurk beurk beurk...

Sinon pour être honnête, le résumé ne me donnait pas vraiment envie de commencer la lecture. J’avais peur d’un roman très « romanc »e et c’est effectivement le cas. Cependant, j’aime la période historique décrite et le caractère de l’héroïne présentée comme une femme indépendante et pleine de caractère dans cette Angleterre du 19ème siècle.

En ce qui concerne l’histoire, on devine assez facilement les évènements qui vont se produire (mis à part quelques exceptions). Le personnage de Gabriel est attachant mais j’ai eu du mal à rester attachée à celui de Bathsheba tout au long de la lecture.

Un roman agréable mais pas un coup de cœur

Note: 6/10


La Dame en blanc de W.Wilkie Collins

ladameenblanc

Résumé

Suspense, pièges retors, terreurs intimes et scènes inconvenantes, rien ne manque à ce chef d’oeuvre populaire où des gens se livrent, une fois les portes closes, aux pires abjections. Vertus publiques, vices privés! Rien de tel que la précision toute hitchcockienne des narrateurs pour que le lecteur ne puisse plus dormir…

Walter Hartright, un jeune professeur en art, vient en aide à une belle et mystérieuse femme toute de blanc vêtue. Il apprend peu après qu’il s’agit d’une folle échappée d’un asile. Le jour suivant, il se rend à Limmeridge House dans le Cumberland où il s’est vu offrir un emploi. Or, parmi ses nouveaux élèves, la jeune Laura Fairlie ressemble fort à la femme en blanc qu’il a déjà secourue…

Mon avis

Wouah-oh! Alors comment décrire ce livre qui est juste une énorme tuerie, un énorme coup de cœur !!! On y trouve tout ce qu’il faut: du suspense, une intrigue policière, de l’action, des revirement de situations… Bref tout ce qu’il faut pour donner envie de lire ce livre d’une seule traite!

On suit le cours de l’histoire à travers le point de vue de plusieurs personnages. Tout commence avec le témoignage d’un professeur de dessin, Walter Hartright qui rencontre ses deux nouvelles élèves, deux sœurs. Il tombe amoureux de l’une d’entre elles. Malheureusement cette dernière a déjà été promise à un noble par son père avant de mourir. Elle va cependant se rendre vite compte après son mariage que celui-ci cache un lourd secret qui pourrait la mettre en danger!

Dans ce roman, il n’est pas question d’enquêteurs. Ce sont les personnages eux-mêmes qui cherche à découvrir la vérité à leurs risques et périls. Le charme de ce livre repose surtout sur les multiples péripéties et les embûches que les personnages devront affronter pour arriver à rétablir la vérité. Dans ce roman les femmes sont à l’honneur. Fortes et indépendantes, les deux sœurs ainsi que la mystérieuse femme en blanc luttent elles-mêmes pour leur survie aidées par Hartright.

Difficile de ne pas dévoiler toute l’intrigue mais je ne peux que conseiller ce roman de Wilkie Collins considéré comme l’inventeur du roman policier (rien que ça!). Une ambiance hitchcockienne effectivement! Je ne trouve rien à reprocher à ce roman mis à part de l’avoir déjà fini!

Note 10/10

8 réflexions au sujet de « Un peu de littérature anglaise du 19ème siècle… »

  1. J’avais bien aimé la dame en blanc mais à la fin j’avais trouvé ça vraiment long car ça avance lentement et qu’on a déjà tout compris, l’intérêt étant donc bien moindre (surtout au vu du nombre de page). Donc même si j’ai apprécié l’écriture et la première partie, je ne pense pas relié cet auteur vu le nombre de livres et d’auteur qu’il me reste à découvrir. Mais je suis contente d’avoir lu ce classique, et le premier dont tu parles n’a pas l’air mal non plus. Un genre de hauts de hurlevent ?

    J'aime

    1. Un genre de Hauts de Hurlevent? Oui on peut le qualifier ainsi même si il n’y a pas cette atmosphère si particulière aux Hauts des Hurlevent que j’avais tant aimé! C’est sur que dans La Dame en Blanc la dernière partie est un peu « longue » mais je suis quand même restée bien accrochée afin de savoir comment les personnages allaient réussir à prouver et à déjouer la mise en scène du comte Folco.

      J'aime

  2. D’abord, je suis entièrement d’accord avec toi, qu’ils arrêtent de mettre l’affiche des films sur les couvertures.
    Ensuite, je n’ai jamais lu Thomas Hardy, mais cela fait plusieurs fois que je lis des articles sur cet auteur, et je suis de plus en plus intriguée
    Wilkie Collins, je suis justement en train de lire Profondeurs Glacés, qui parle de marins échoués dans le froid polaire sur fond de rivalité amoureuse autour d’une jeune fille restée en Angleterre d’après la quatrième de couverture, il y est aussi question de cannibalisme; je n’en suis pas encore là mais ça promet ><

    J'aime

      1. C’est la première fois que je le lis du Wilkie Collins, le livre est assez court, il fait un peu plus de cent pages mais j’avoue que c’est très agréable à lire, malgré quelques passages prévisibles. Mais bon, je ne suis pas arrivée au bout de ma lecture, peut-être vais-je tomber sur une belle surprise, à laquelle je ne m’attendais pas ! 🙂

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s