Clubdelecture Stephen King·Fantastique·Rat de bibliothèque

Cœurs perdus en Atlantide de Stephen King

Sélection du mois d’octobre pour le club de lecture Stephen King: Cœurs perdus en Atlantide… Difficile de classer ce roman dans une catégorie tellement il semble à part. Une très belle découverte dans la bibliographie immense de l’auteur!

coeurperduenatlantide

Résumé

1960: Enfant triste et rêveur, entre un père disparu et une mère en proie a des soucis d’argent, Bobby fait la connaissance d’un étrange voisin, qui se dit traqué par de mystérieuses crapules en manteau jaune.

1966: A l’université, Pete mène joyeuse vie entre la musique, la contestation et les parties de cartes, sur fond de guerre au Vietnam.

1983: Willie, vétéran de la guerre gagne sa vie en jouant les aveugles, une cécité qui est aussi une forme de provocation.

Des destins différents qui se croisent autour d’une femme, Carol. Tous l’ont aimée. Bobby la retrouvera. L’Atlantide? C’est l’Amérique de leur jeunesse, au long de ces sixties devenues légendaires mais qui, nous rappelle l’auteur, ont bel et bien existé…

Mon avis

On sort avec ce livre du Stephen King connu pour ses livres d’épouvante ou de science-fiction ce qui peut dérouter un peu au départ. On trouve dans ce roman un recueil de courtes histoires dans lesquelles King reprend des thèmes qui lui sont chers à savoir : l’enfance, l’adolescence et surtout la perte de l’innocence.

On suit tout au long de ces courts romans les destins emmêlés des protagonistes notamment des 3 enfants, personnages principaux de la première nouvelle: Bobby, Carol et Sully-John. C’est l’histoire d’un Ka-tet selon le vocabulaire de King dans La Tour SombreKa fait référence au destin, tet à un groupe de personnes partageant des buts communs, le ka-tet désigne donc un groupe de personnes liées par un même destin. D’ailleurs le personnage de Ted du roman est également présent dans le tome 7 de cette saga!

atlantide

On retrouve également une importante référence à cette période des sixties qui semble chère et amère en même temps à l’auteur: plein de promesses mais aussi de désillusions… Ce pavé de quand même près de 700 pages est riche en émotions et il s’agit aussi d’une belle déclaration d’amour pour une époque révolue…

Il existe apparemment une adaptation en film de ce roman avec notamment Anthony Hopkins (voir ici) mais j’ai bien peur qu’elle ne réussisse pas à transmettre les émotions ressenties dans l’œuvre.

On est loin des thèmes les plus connus du King mais on retrouve toujours son génie tant sur la forme que sur le fond…

Note: 9/10

Une réflexion au sujet de « Cœurs perdus en Atlantide de Stephen King »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s