Polars·Rat de bibliothèque

Un polar historique : « Les Naufragés hurleurs » de Christian Carayon

Deuxième livre de Christian Carayon après Le Diable sur le épaules que j’avais adoré! Dans son roman « Les Naufragés hurleurs » on retrouve la plume de l’auteur et les spécificités qui m’avaient fait aimé son premier ouvrage.

p1060020

Résumé

1925. Tout semble si déréglé qu’une prédiction qui annonce la fin des temps au solstice d’hiver se fait de plus en plus entendre. Pour Martial de la Boissière, cette fin des temps correspond plutôt au naufrage d’un voilier au large de l’île de Bréhat. Celui-ci emporte son ami d’enfance et, ainsi, le dernier fil qui le reliait à celle-ci. Mais, quand Martial se décide à creuser un peu, il découvre que l’accident n’en est peut-être pas un. Dès lors, son enquête ne va cesser de le ramener sur cette île aux deux visages, où les secrets d’une riche famille viennent côtoyer les rumeurs de sorcellerie, tout en le poussant à affronter sa propre part d’ombre. Et à comprendre qu’il n’y a pas qu’en mer que l’on déplore des naufragés.

Mon avis

On retrouve dans cet ouvrage le personnage principal de Martial de la Boissière, détective amateur à l’âme tourmentée, dans une nouvelle enquête sur la mort de son ami d’enfance. Un autre personnage de nouveau présent dans ce roman c’est celui de Camille et on découvre enfin la suite de leurs histoires respectives après « Le Diable sur les épaules ».

L’intrigue est plein de suspense et de rebondissements! Il vaut mieux pour un livre d’environ 600 pages! Les personnages, même les « méchants » finissent par devenir sympathiques. L’auteur consacre une part importante à la description des personnages et surtout des lieux du récit. Ici, le roman se déroule dans la majeure partie sur l’île de Bréhat en Bretagne. L’auteur nous présente un lieu superbe avec une part d’ombre et de légendes de sorcellerie qui donnent un côté mystérieux et sombre à cet environnement. Comme dans son premier ouvrage, Christian Carayon aime donner comme cadre à son intrigue un lieu coupé du monde ce qui renforce le sentiment de huit-clos tout au long des ouvrages: un petit village de montagne isolé dans « Le Diable sur les épaules » et une île coupée du monde dans « Les Naufragés hurleurs ».

aivazovsky_mer-houleuse-1868_maxi

Le récit se passant en 1925, l’enquête se déroule de façon logique uniquement grâce au cheminement intellectuel de l’enquêteur. On retrouve toujours dans ses romans une atmosphère à la Agatha Christie et son célèbre enquêteur Hercule Poirot. On sent que l’auteur, professeur d’histoire-géographie, est très bien renseigné sur les évènements de cette époque ce qui apporte beaucoup de vraisemblance au récit! Si je devais ne donner qu’un seul défaut ce serait peut être qu’à force d’ajouter des rebondissements, l’histoire finit par très légèrement trainer en longueur vers la fin…

J’ai écouté ce livre sur Audible ne le trouvant plus en version de poche et le conteur a très bien réussi à rendre vivant l’histoire et à faire ressentir l’ambiance sombre et mystérieuse du roman! Pour plus d’informations sur ce premier test d’un livre audio c’est ici!

« Mon fils avait une passion. Certains diront qu’il en est mort. Ceux-là ont tort. Une passion ne vous fait pas mourir, elle vous fait vivre davantage. »

Un deuxième très bon roman où l’on retrouve toutes les caractéristiques qui font pour moi de Christian Carayon un bon auteur de polar historique!

Note: 8/10

Une réflexion au sujet de « Un polar historique : « Les Naufragés hurleurs » de Christian Carayon »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s