Polars·Rat de bibliothèque·Thrillers

« L’Effet Papillon » de Jussi Adler-Olsen

Une nouvelle lecture de l’écrivain danois Jussi Adler-Olsen qui démontre une fois de plus la place très importante (et méritée) des polars scandinaves dans ce genre littéraire…

20170507_102839

Résumé

Si William Stark n’avait pas été intrigué par un SMS envoyé du Cameroun, René Eriksen, son boss au Bureau d’aide au développement n’aurait pas été obligé de se débarrasser de lui. Si Marco, un jeune voleur gitan, n’avait pas trouvé refuge là où le cadavre putréfié de Stark végète depuis 3 ans, son oncle, chef d’un réseau mafieux, n’aurait pas lancé ses hommes à ses trousses à travers Copenhague pour l’empêcher de révéler à la police l’existence de ce corps qu’il a enterré de ses propres mains… Pour stopper cet engrenage de violence, l’inspecteur Carl Morck et l’équipe du Département V doivent retrouver Marco. Et remonter la piste d’une affaire dont les ramifications politiques et financières pourraient bien faire vaciller l’intégrité politique du Danemark.

Mon avis

Qu’est ce que l’effet papillon? L’effet papillon est matérialisé par une chaîne d’événements qui se suivent les uns les autres et dont le précédent influe sur le suivant. Ainsi, on part d’un événement insignifiant au début de la chaîne pour arriver à une chose catastrophique (ou du moins très différente de la première) à la fin.  Ici, un simple SMS envoyé d’Afrique à la bonne personne, la fuite d’un jeune garçon qui se cache précisément à l’endroit où il ne devrait pas… Tout ces évènements vont déclencher une réaction en chaines qui va remonter très haut dans la société danoise.

Dans les romans de Jussi Adler Olsen on retrouve toujours des sujets d’actualité tels ici que le traitement des Roms, l’immigration, la corruption,…

On retrouve l’équipe particulière du Département V. J’ai toujours un peu de mal avec l’inspecteur Carl Morck: policier blasé par son métier qui parfois se contente du strict service minimum, toujours poussé par ses adjoints sur une nouvelle enquête… Justement heureusement que ces adjoints sont présents et apportent une touche d’humour et de fantasque avec Assad et ses improbables expressions ainsi que Rose et ses sautes d’humeur légendaires. On continue d’en apprendre un peu plus sur la vie de ces personnages surtout sur celui d’Assad dont on entrevoit enfin le début d’un passé plutôt trouble.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Marco, le jeune gitan qui veut quitter la vie qu’il mène pour devenir une meilleur personne et qui se retrouve malgré lui la proie de tout son clan. En aidant les enquêteurs, il devient finalement le quatrième membre de l’équipe.

Comme toujours dans ces romans le rythme de l’intrigue est assez lent mais celle-ci n’en devient pas pour autant ennuyeuse. Une intrigue bien menée, du suspense et de l’action sans excès, des découvertes sur les personnages principaux, un peu d’humour … voici les ingrédients gagnants comme dans chaque roman de cet auteur.

Même si j’ai trouvé l’intrigue en peu en deçà du précédent roman Dossier 64, ce nouveau tome reste dans la lignée des précédents et on prend plaisir à retrouver nos compagnons de voyages danois préférés!

Note: 8/10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s