Polars·Rat de bibliothèque

« La Sorcière » le nouveau polar de Camilla Läckberg: du brouillard français au froid suédois

Je vois souvent passer des avis assez contradictoires sur les romans de Camilla Läckberg: une très bonne série de polars pour certains, des histoires un peu « gnan gnan » pour d’autres…

Personnellement même si il y a parfois des hauts et des bas dans mes lectures de cet auteur c’est toujours avec plaisir que j’attends le prochain roman de Camilla Läckberg pour me replonger dans cet univers si caractéristique!

20171220_113234.jpg

Résumé

Une fillette de quatre ans disparait de la ferme isolée de ses parents. Après une longue battue, Nea est retrouvée nue sous un tronc d’arbre dans la forêt, assassinée. Fait troublant: la fillette se trouvait à l’endroit où, trente ans plus tôt, avait été découvert le corps sans vie de la petite Stella, une fillette du même âge qui habitait la même ferme. A l’époque, deux adolescentes, Marie et Helen, avaient été condamnées pour le meurtre: elles avaient avoué avant de se rétracter. Désormais mariée à un militaire autoritaire et psychopathe, Helen mène une vie recluse, non loin de la ferme, dans l’ombre des crimes passés. La belle Marie, quant à elle, est devenue une star du cinéma à Hollywood; pour la première fois depuis la tragédie, elle vient de revenir à Fjällbacka pour un tournage.

Cette coïncidence et les similitudes entre les deux affaires sont trop importantes pour que Patrick Hedström et son équipe puissent les ignorer, mais ils sont encore loin de se douter des répercussions désastreuses que va avoir leur enquête sur la petite localité. De son côté, Erica Falck écrit un livre sur l’affaire Stella. Une découverte la trouble: juste avant son suicide, le policier responsable de l’enquête à l’époque s’était mis à douter de la culpabilité des deux adolescentes. Pourquoi?

Mon avis

On prend les mêmes et on recommence: la vie de famille d’Erica et de son mari Patrick tiraillée entre carrière professionnelle et vie personnelle, les collègues peu efficaces mais attachants du commissariat,… Évidemment, la routine quotidienne est perturbée par la disparition d’une fillette de quatre ans qui est retrouvée assassinée. D’ailleurs, dans la vraie vie, cela ferait longtemps qu’une étude aurait été faite sur ce petit village qui se retrouve fréquemment le théâtre de meurtres particulièrement perturbants!

Comme toujours dans les romans de Camilla Läckberg, le récit est fréquemment coupé de flashbacks ce qui nous permet de suivre 2 histoires en parallèles qui bien sûr vont finir par se croiser. L’histoire la plus ancienne se déroule au 17ème siècle durant la période sombre de la chasse aux sorcières. En ce qui concerne l’histoire contemporaine, on suit évidemment l’enquête grâce au personnage de Patrick. On retrouve quelques sujets d’actualités comme l’intégration des réfugiés syriens ou le harcèlement entre adolescents.

« C’est la peur, dit-il. La peur devant l’inconnu. Les gens ont de tout temps accusé ceux qui viennent d’ailleurs. C’est plus facile que de penser que ça peut être quelqu’un qu’on connait ».

C’est le 10ème opus de cette saga littéraire et on retrouve pour la 10ème fois cette trame de récit spécifique à l’auteur. Finalement cela est-il forcément une mauvaise chose? Sur une des critiques de ce roman j’ai lu l’expression « charentaises littéraires confortables ». J’aime beaucoup l’idée et je suis d’accord avec cette expression. La lecture n’est pas pleine de rebondissements sur la forme mais l’enquête de fond est efficace et agréable. Je ne suis pas du tout ennuyée pendant la lecture de ce tome que j’ai trouvé meilleur que les deux ouvrages précédents.

Bref, je comprends les critiques dans le sens où il n’y a rien de révolutionnaire dans ce roman au niveau de l’écriture de Camilla Läckberg. Pour autant c’est un polar avec une intrigue efficace que j’ai bien apprécié: une lecture réconfortante!

Note: 7/10

6 réflexions au sujet de « « La Sorcière » le nouveau polar de Camilla Läckberg: du brouillard français au froid suédois »

    1. Oui on peut le lire comme ça en one-shot cela n’enlève rien à l’intrigue policière de fond. C’est juste que l’on ne voit pas l’évolution des personnages mais l’auteur donne quelques petits rappels qui permettent quand même d’accrocher à l’histoire des personnages.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s